Đờn ca tài tử Nam Bộ


Đờn ca tài tử Nam BộLors de mon voyage au sud du Viet Nam
j’étais impressionné de cette musique populaire
chantée par les paysan(ne)s depuis leurs huttes, leurs barques, leurs plaines verdoyantes
Đờn ca tài tử Nam Bộ est l’âme de la culture musicale du Sud 

 

L’origine de Đờn ca tài tử Nam Bộ

Traduction mot par mot de Đờn ca tài tử Nam Bộ 
Đờn= jouer un instrument musical 
ca = chanter
tài tử = plusieurs définitions: amateurisme ou artistes
Nam Bộ= le sud du Viet Nam

Cette musique est née avec l’arrivée des Vietnamiens au Sud durant la dernière dynastie Nguyên.
La dynastie Nguyên a laissé un patrimoine musical inestimable et classé par Unesco: la fameuse musique de la cour impériale à Huê connue sous le nom Nhã nhạc cung đình Huế .
Quittant la cité impériale vers le début du XXème siècle, et durant le chemin vers le sud, les artistes, lettrés, musiciens ont fait une halte aux 3 provinces : Quảng Bình, Quảng Trị, Quảng Nam.. cette pause marqua une forte présence de leurs intonations dans les chants du Sud. Mais devant l’immensité des plaines du Sud et la diversité des immigrés, cette domination se perdit puis s’adapta aux rythmes locaux.

Influencée de la musique de la cour impériale, mais le Đờn ca tài tử Nam Bộ (chant du Sud) a une origine paysanne et une caractère particulière : ses paroles sont empruntées de la littérature populaire. 
Toute sa beauté est dans un monologue ou dialogue avec les mots typiques du Sud sans oublier les paysages poétiques et immenses du sud. 

Une soirée de Đờn ca tài tử Nam Bộ

D’abord l’orchestre, il est composé de 5 instruments (ngũ tuyệt) : đàn kìm, đàn cò, đàn tranh, đàn tỳ bà et độc huyền cầm (ou tứ tuyệt)

đàn kìm ou Đàn nguyệt – 18 ème siècle, forme lunaire – 4 cordes à l’origine, réduite à 2 cordes 

đàn cò  (ou Đàn nhị) – 2 cordes, ressemble beaucoup à huqin de la Chine

đàn tranh  (ou tứ tuyệt) – à l’origine 16 cordes, Maître Nguyễn Vĩnh Bảo (né en 1918) a ajouté une, 17 cordes
đàn tranh ressemble beaucoup à guzheng de la Chine, koto du Japon, kayagum de la Corée 

đàn tỳ bà – instrument de 4 cordes en soie de la cour impériale

le monocorde độc huyền cầm (ou tứ tuyệt ou đàn bầu), son origine remonte vers 1770

L’orchestre suit un tempo “nhịp song lan”, un instrument composé de 2 morceaux de bambous

A ce jour, lors des soirées intimes, une guitare suffit

Pour commencer le spectacle, le ou la chanteuse introduit une parole d’accueil (câu “rao”) pour l’accord des instruments musicaux.. 
le Câu rao est une spécificaté des chants du Sud, il est entièrement de l’improvisation et en même temps la marque de fabrique des chanteurs.
Mais le passage de “Câu rao” au coeur du spectacle est un art car il introduit les spectateurs vers le spectacle sans qu’ils sachent .
Les musiciens s’appellent “thầy đờn” , ils connaissent les 20 morceaux principaux (bài tổ) qui se composent:
6 du Nord (venant du Bắc) : Tây thi, Cổ bản, Lưu thủy trường, Phú lục chấn, Bình bán chấn, Xuân tình chấn hay Xuân tình điểu ngữ
3 du Sud (Nam) : Nam xuân, Nam ai, Nam đảo hay Đảo ngũ cung
4 de Oán (soupirs?) : Tứ đại oán, Phụng cầu, Giang nam, Phụng hoàng
7 grandes partitions (bài lớn) : Xàng xê, Ngũ đối thượng, Ngũ đối hạ, Long đăng, Long ngâm, Tiểu khúc, Vạn giá.

La synchronisation entre les instruments suit les principes du taoisme, la fluidité entre l’immobilité et le mouvement.
 

Les foyers et l’apprentissage de Đờn ca tài tử Nam Bộ

Contrairement à la musique impériale qui est pour les cérémonies, les chants populaires au Sud sont dédiés à la vie des paysans.
Les chanteurs et chanteuses sont souvent des voisins réunissant pour fêter la récolte ou un évènement familial et dans les petits espaces ou dans les temples, les pagodes.
Dans les villages, les amateurs de Đờn ca tài tử Nam Bộ (chant du Sud) se forment en groupe ou en club dont le chef s’appelle “chủ soái” .
Dans certaine province, comme à Cà Mau, le nombre de club dépasse 600
L’apprentissage est presque oral et se mute rapidement grâce à l’adaptation personnelle des élèves. Cette multiplication de versions et de façons de chanter forme la richesse et la diversité de ce patrimoine musical. 

Đờn ca tài tử Nam Bộ (chant du Sud) est un visage indispensable dans la culture du Sud. Elle est mère de la musique pour le théâtre cai luong (théâtre renové) qui arrose tout le delta de Mékong sans oublier une autre musique, celle du culte au Sud.

Spectacle de Đờn ca tài tử Nam Bộ
« Modifié: dimanche 24, févr., 2013, 11:10:03 am par mang »
 IP archivée

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s