MAÎTRE VĨNH BẢO : LE GRAND ART NE S’ENSEIGNE PAS ….


vinh-bao_21

– 1 –

LE GRAND ART NE S’ENSEIGNE PAS ….

Cet écrit, fruit de mes soixante-dix années de travail ne légue qu’à mes fidèles disciples.

—x—

Un bon enseignement, c’est indiquer le chemin qui donne accès à l’art.

Il éveille chez l’élève la sensibilité musicale et dans la mesure de ses possibilités, les facultés créatrices elles-mêmes.

Préparer, éduquer, discipliner l’organisme afin de permettre la personalité de l’exécutant de s’exprimer librement et de régler la dépense harmonieuse de ses forces.

Dans l’éducation musicale, le rôle le plus important revient aux fonctions cérébrales et non au mécanisme des doigts.

Quand je regarde les doigts de l’élève que je fais travailler, je vois tout ce qui se passe dans sa tête: ce ne sont pas les doigts, c’est la tête qui m’intéresse.

– 2 –

Je n’aime pas les mains entrainées, mais les mains disciplinées. Si l’on n’éveille pas les yeux

qui dorment dans ses mains, on n’arrivera rIen de bon.

Pour savoir qu’on est imparfait, il faut se connaitre. Il faut lutter contre cette erreur.

Pour se corriger, il faut se vaincre.

Pour se vaincre, il faut savoir en quoi consiste le perfectionnement et la pratique.

L’instinct de l’artiste est un raisonnement inconscient. C’est toujours un phénomène spontané et mystérieux du à l’émotion éprouvée par l’artiste  en face de la beauté, de la vie et de ses maninfestations.

Le grand art ne s’enseigne pas; il procède de l’inspiration. Cependant la technique et l’art sont intimement liés, l’un agissant sur l’autre, dans une croissance simultanée. Il faut le dire, ce n’est pas la musique telle qu’elle est écrite par le compositeur que nous entendons, mais c’est la transfiguration idéale de cette musique

– 3 –

Le perfectionnement de l’art musical doit se former à travers nos trois principaux sens – le toucher, l’ouie et la vue -. Lorsqu’une oeuvre d’art nous émeut, nous vibrons “à l’unissons” avec elle. La mesure est dans le sens musical comme le rythme dans le vers.

La seule connaissance des lois, certes, ne suffit pas pour créer l’oeuvre d’art. Il faut l’apprendre à utiliser les hasards. Si l’on cultivait tous les hasards, comme l’on serait savant.

8-4-2014

Nguyển Vĩnh Bảo 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s